Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CRITICA MASONICA

CRITICA MASONICA

Etude Critique et Académique du fait maçonnique, reflets de la revue. Envisage la Franc-Maçonnerie comme un univers culturel dont l’étude nécessite d’employer les outils des sciences humaines, de procéder à une nette séparation du réel et du légendaire et de procéder à la prise en compte de ce légendaire comme un fait social et historique.


Le résumé des articles du n°2

Publié par Joel Jacques sur 5 Septembre 2014, 10:58am

Catégories : #Résumés

Les ordres de sagesse du Rite Français : le corpus des degrés et la spécificité du Ve ordre.

Colette Léger

Cet article traite de l’élaboration des ordres de sagesse par le Grand Orient de France avant la Révolution. L’auteure a traité le sujet sous deux angles différents : une approche historique à partir des procès verbaux, archivés par la BNF, des structures successives en charge du projet. Puis une mise en perspective des ordres retenus avec la nomenclature de 81 grades, établie en 1806 et représentative de ce qu’on appelait l’écossisme à la fin du XVIIIème siècle. Les deux approches confirment que ce travail fut le fruit d’une élite intellectuelle - les membres titulaires du V° ordre - adoptant une progression initiatique déjà connue afin de fédérer les chapitres existants, insufflant les idées des Lumières dans les rituels et voulant faire du Rite Français le centre de l’union de tous les rites.

Des sœurs à la sororité. Une approche philosophique

Bérangère Kolly

La « sororité », au regard de sa consœur fraternelle, fait rarement l’objet d’une étude précise. Ce que cet article entend construire, à partir et en regard de la notion de fraternité : car la sororité, étroitement liée à cette dernière, ne serait-ce que pour s’y opposer ou pour la compléter, s’ancre nécessairement dans les contraintes et les difficultés imposées historiquement et philosophiquement par les frères pour se construire. Cette articulation particulière de la sororité à la fraternité, à première vue paralysante, devient pour la notion sororale une opportunité : celle de construire, des sœurs à la sororité, un modèle alternatif à celui des frères, pour les femmes, mais pourquoi pas aussi non pas seulement pour elles, dans une optique mixte universelle.

Le crime est éternel et fait partie de l’homme. Sur le polar maçonnique.

Clara Saphronia

Si l’on excepte une préfiguration au milieu du XIXe siècle, le polar maçonnique est apparu avec le nouveau millénaire. Il relève d’une diversification d’un des modèles les plus solides de la littérature populaire dont les sociologues ont montré comment il répondait à un besoin de conforter l’ordre social. L’auteure pose également un parallèle avec le conte de fées. Participant d’une certaine banalisation de la maçonnerie, ce sous-genre qui n’avait encore jamais été étudié possède déjà ses auteurs phare. Une bibliographie chronologique montre que le nombre de titres paraissant chaque année est constant. L’article pointe également la faible présence des femmes aussi bien parmi les auteurs que dans le contenu des romans, et le fait que ces derniers soient très souvent écrits à quatre mains.

La maçonnerie en ligne. Histoire d’un blog

Jiry Pragman

Depuis une bonne dizaine d’années, la franc-maçonnerie connaît grâce à internet, comme bien d’autres secteurs de pensée et d’activité, un nouvel espace. Créateur du principal blog maçonnique francophone, l’auteur nous raconte ce qu’ont été les caractéristiques de cette aventure, les ouvertures qu’elle a permises et les difficultés qu’elle a soulevées. Il est vrai que la maçonnerie en ligne reconfigure partiellement le paysage, du fait que circulent sur la toile une quantité d’informations et de commentaires qui permettent certes des rencontres inédites, mais impliquent aussi parfois un ton peu fraternel.

Des diverses fonctions communicationnelles du silence en franc-maçonnerie :

Céline Bryon-Portet

Le silence occupe une place privilégiée dans la plupart des sociétés initiatiques. La franc-maçonnerie n’échappe pas à la règle. Qu’il s’exprime sous forme de réclusion pour le futur initié, de privation temporaire de la parole pour certains membres de la communauté ou encore à travers le culte du secret, le silence semble bien être un élément constitutif du processus initiatique lui-même, pleinement signifiant. Il convient donc de s’interroger sur le sens profond que revêt cette pratique de recueillement, à l’opposé des tendances expansives promues par la société dite de l’information. S’il peut tout d’abord nous apparaître comme une douloureuse absence de communication, nous verrons que le silence traduit, dans la voie maçonnique, l’apprentissage d’une forme singulière de communication et participe de la formation d’un mode de représentation modifié.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents