Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CRITICA MASONICA

CRITICA MASONICA

Etude Critique et Académique du fait maçonnique, reflets de la revue. Envisage la Franc-Maçonnerie comme un univers culturel dont l’étude nécessite d’employer les outils des sciences humaines, de procéder à une nette séparation du réel et du légendaire et de procéder à la prise en compte de ce légendaire comme un fait social et historique.


Le discours complotiste - Forces Occultes (3)

Publié par Julien Vercel sur 7 Octobre 2014, 08:07am

Catégories : #articles

En 1943, le colonel de Verchère codifie les attributions du département des Recherches qui, débordant le cadre de la répression antimaçonnique, devient officieusement un gigantesque service de renseignements, inquiétante police supplétive chargée d' opérations multiples : étude de la situation politique du pays, liaison avec la propagande, liaison avec les autorités et toutes les associations (Légion, Milice, Affaires juives) susceptibles de coopérer directement ou indirectement au travail des Services des sociétés secrètes, renseignements recueillis fortuitement sur les activités diverses (gaullisme, communisme, marché noir), renseignements sur l'activité de certains maçons et leurs liens avec la Résistance, etc. Les exemples foisonnent sur les cas de suspects: 170 000 dossiers sont ouverts. Un triple fichier fonctionne concomitamment : le premier dépend de Vichy, le second, en étroite liaison avec le premier, compte les milliers de fiches remplies par le Service des sociétés secrètes de la rue Cadet, le troisième, tenu à jour par des officiers allemands du SD dans des bureaux mitoyens, recueille sur des fiches beiges les informations du second et les complète. Les délégués régionaux qui envoient leurs enquêtes sont en contact non seulement avec la Milice, mais avec la Gestapo et le SD, et les frais occasionnés par ces contacts sont remboursés sans discussion. Ce qui retient immédiatement l'attention, c'est la permanence de la présence allemande : à la Bibliothèque nationale, quarante-deux officiers ont droit de regard dans tous les locaux ; au Service des associations dissoutes, douze pièces sont réservées au service allemand ; au Service des sociétés secrètes, les Allemands possèdent un double de toutes les clés et le double fichier, enrichi des informations retransmises par Vichy. A cette présence physique se superposent une présence occulte, des pressions et des fonds officieux : les archives des procès de Nuremberg attestent que certains des collaborateurs recevaient des retributions « extérieures ». Les réalisateurs du film Forces occultes perçoivent des versements d'origine allemande. Des documents enfin, comme l'« Enquête mentalité », confirment que les représentants du lIIe Reich acquéraient régulièrement des informations de sources françaises. Plus grave encore, les Allemands interviennent dans le fonctionnement des services de répression: ils protègent le "germanophile convaincu " Jacques de Lesdain ; puis, contre la volonté des propriétaires de L 'Illustration, le font nommer directeur politique de cet hebdomadaire ; ils soutiennent Jean Marques-Riviere ; ils influent encore sur le choix du personnel de ces services et s'opposent, entre autres, à la tentative d'éviction de Bernard Fay.

J&J

 

Seul film entièrement antimaçonnique connu (1/3), Forces occultes est structuré par un récit de déniaisage (2/3) au service de la propagande voulue par le régime de Vichy.

Julien Vercel 

 

Le film présente tous les vieux thèmes de la réaction française, celle qui n’a jamais accepté la révolution française puis la démocratie. À ce titre l’antiparlementarisme s’exprime dès la première scène. Non seulement la démocratie parlementaire est présentée comme soumise au « grand capital » (le spectateur apprendra, ensuite, que ce « grand capital » est juif), mais encore comme le lieu de luttes stériles et ridicules : Avenel dénonce ainsi la droite qui a poussé la classe ouvrière à la misère et la gauche qui exploite cette misère. En retour, les députés font le chant du coq ou le bêlement du mouton. Avenel conclut, déclenchant les seuls applaudissements de sa femme en tribune : la France ne se construira pas sur « le conflit de la vieille bourgeoisie égoïste et du peuple affamé ».

Puis, l’antimaçonnisme permet de passer de l’antiparlementarisme à l’antirépublicanisme. D’abord en montrant la triple batterie qui fait résonner la devise républicaine en loge. Puis, quand Avenel hésite à répondre favorablement à toutes les demandes de passe-droits de ses « frères », le Vénérable en appelle à sa « discipline républicaine » et Avenel de répondre : « La discipline républicaine et franc-maçonne, je sais ce que c’est, c’est une canaillerie ! ». Et voilà la République condamné avec la franc-maçonnerie.

L’objectif des auteurs du film est bien de développer la théorie du complot maçon, républicain et juif. D’où l’obsession du secret, omniprésent dans le film et notamment lors de la cérémonie de réception. D’où aussi, la visualisation de l’emprise franc-maçonne : dès les premières images, une grosse araignée noire décorée du compas et de l’équerre descend sur la France. L’emprise est ensuite montrée de façon plus « savante » avec une carte du monde montrant les « zones d’influence judéo-maçonnique ». L’emprise est enfin en réseau : dès les agapes après sa réception, Avenel reçoit ses premières demandes : un frère donne sa carte (c’est « Isaac Lévy-Stein, commerçant » !), un autre réclame la Légion d’honneur et demande de l’aide pour un ami à lui qui veut ouvrir un bureau de tabac… Plus tard, d’autres demandes s’accumulent et un carton précise : « Et ce fut pour Avenel le terrible engrenage des compromissions et des complaisances maçonniques auquel il tenta désespérément d’échapper » alors que des articles de presse rappellent la litanie des scandales financiers des années 1930.

 

Le complot maçonnique a mené la France à la guerre, voilà la principale idée que défend Forces occultes. Tout commence avec l’allusion à l'affaire Stavisky qui impliquait des maçons et mène aux émeutes du 6 février 1934 qui rassemblaient les ligues d’extrême-droite comme les Croix de feu, l’Action française mais aussi l’Association (communiste) républicaine des anciens combattants (ARAC), tous unis contre la « République bourgeoise » ! Le Vénérable donne alors une série d’appels téléphoniques : au quai d’Orsay pour préparer la guerre, à l’état-major pour vérifier la bonne marche de l’épuration dans l’armée, à une usine pour livrer des avions à l’Espagne républicaine, enfin au Parti radical socialiste pour organiser l’alliance des gauches dans un « Bloc populaire, mieux [un] front populaire ». Un complot, c’est simple comme quatre coups de fil !

La prise de conscience d’Avenel se fait en deux temps. D’abord « choqué » par les combines maçonniques, il demande « Mais qui dirige ? », son Vénérable lui répond « Personne » puis lui avoue qu’il existe « Une doctrine supérieure, une antique expérience des forces du monde qui nous permet de pousser les peuples tantôt vers la vie, tantôt vers la mort quand il le faut ». Ensuite, lors d’une tenue, un frère ridiculise la puissance militaire allemande et affirme « En 15 jours nous règlerons le sort de l’Allemagne ». Avenel, membre de la commission de la défense à la Chambre, le coupe : « Vous êtes tous des menteurs et des faussaires. Tout chez vous n’est qu’une sinistre comédie »… car il n’y aurait bien évidemment aucun motif réel de conflit avec le voisin nazi.

D’un côté, le film justifiait rétroactivement les lois antimaçonniques de 1940 et 1941 et les lois et décrets sur le statut des Juifs de 1940 à 1942 pris par le régime de Vichy, d’un autre côté, les Allemands pouvaient être satisfaits : ils n’avaient aucune responsabilité dans le déclenchement de la guerre. Il ne reste plus qu’à clore le film sur une ultime image résumant toute la thèse : un globe terrestre s’enflamme avec un maçon en incrustation et le mot « fin » figure au centre d’une étoile de David ! CQFD.

 

P.S. : Le réalisateur de Forces occultes, Jean Mamy (Paul Riche au générique) a été condamné à la Libération, il fut le dernier collaborateur fusillé en 1949. CQFD bis.

Le discours complotiste - Forces Occultes (3)
Le discours complotiste - Forces Occultes (3)
Le discours complotiste - Forces Occultes (3)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents