Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CRITICA MASONICA

CRITICA MASONICA

Etude Critique et Académique du fait maçonnique, reflets de la revue. Envisage la Franc-Maçonnerie comme un univers culturel dont l’étude nécessite d’employer les outils des sciences humaines, de procéder à une nette séparation du réel et du légendaire et de procéder à la prise en compte de ce légendaire comme un fait social et historique.


Le Roman colonial

Publié par Rédac' sur 11 Avril 2015, 09:45am

Catégories : #livres

Le Roman colonial

À propos du n° 88 des Cahiers naturalistes, revue éditée par la Société littéraire des amis d’Émile Zola.

Arsène

Le roman colonial est un thème trop rarement traité. On appréciera donc que les responsables d’une vénérable revue qui fête ses soixante années d’existence, aient proposé un dossier consacré à la question (six articles sur vingt-deux).

Dans le premier texte, Carpanin Marimoutou explique l’absence de cette spécialité dans l’histoire littéraire par la célèbre difficulté qu’a la France à se confronter à son passé colonial, mais il plaide cependant pour une prise en compte de romans qui ont choisi les colonies comme cadre, dans la mesure où, malgré la position de surplomb prise par les narrateurs, il se crée à ses yeux dans ces œuvres, par la confrontation avec la réalité des personnes, des pratiques ou des paysages, les prémisses d’une littérature de l’hybridation.

On retient également la synthèse de Daniel-Henri Pageaux qui nous remet en mémoire des auteurs comme Paul Achard, Edmond Haraucourt, Joseph Peyré, romanciers du désert et de trajectoires individuelles qui se veulent civilisatrices, Louis Bertrand, Louis Charbonneau, Jean d’Esme, pour lesquels ladite mission se noie dans des affaires sentimentales, sans oublier Oswald Durand, adepte du pittoresque, Paul Benoit et Louis Solonet au style documentaire.

Si une certaine critique, notamment à travers les écrits de Marius Leblond, a prétendu que cette littérature coloniale aurait relevé d’une haute valeur morale, Pageaux estime que seule L’Atlantide de Pierre Benoit (1919), mériterait d’être littérairement sauvée, davantage que d’autres romans comme le Tombouctou de Paul Morand (1928) et que ce registre n’a jamais réussi à produire des chefs d’œuvre, d’une part parce que la mission civilisatrice du colonialisme, et donc la valeur morale des textes s’y référant, convainquait de moins en moins monde au fil des années et parce que l’inscription d’intrigues dans ce contexte fonctionnait du coup assez difficilement.

Jean-Michel Racault revient sur l’action qui fut celle de Marius et Ary Leblond dans une théorisation du roman colonial comme support à une idéologie, dans la décennie qui suivit l’ouvrage de Dominique Braga : Histoire de la littérature coloniale en France (1931). Quant à Jean-Marie Seillan et Corine Saminadayar-Perrin ils s’intéressent, pour l’un, au rendez-vous manqué de Zola avec le fait colonial et à l’impossibilité d’y trouver un nouveau monde dans les passages qui en relèvent dans L’Argent et Fécondité.

Carpanin Marimoutou revient in fine sur le roman colonial versions mauricienne et réunionnaise et sur l’hybridation dont témoignent volens nolens les écrivains qui, même s’ils appartiennent tous à une élite française ou créole, n’en rendent pas moins compte de pratiques qui donnent à leurs œuvres un intérêt ethnologique, dans la mesure où ils furent pratiquement les seuls à pouvoir en garder trace. Les autres articles que propose ce numéro mesurent à la fois la vivacité et la variété des études zoliennes qui ne négligent pas, comme en témoignent les textes consacrés à Léon Bloy, les écrits de ceux qui furent les adversaires acharnés du naturalisme. Le n°89 est déjà disponible.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents