Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CRITICA MASONICA

CRITICA MASONICA

Etude Critique et Académique du fait maçonnique, reflets de la revue. Envisage la Franc-Maçonnerie comme un univers culturel dont l’étude nécessite d’employer les outils des sciences humaines, de procéder à une nette séparation du réel et du légendaire et de procéder à la prise en compte de ce légendaire comme un fait social et historique.


Ces idées venues d’ailleurs : la common decency de George Orwell (1/3)

Publié par Rédac' sur 1 Décembre 2015, 07:35am

Catégories : #articles

Ces idées venues d’ailleurs : la common decency de George Orwell (1/3)

Julien Vercel

À quelques jours d’intervalles, Michel Combes et Christophe Priou sont venus démontrer que, décidément, George Orwell aurait donc bien raison : la « décence » n’appartiendrait qu’aux gens « ordinaires ».

C’est ainsi que le 30 août 2015, on apprend que Michel Combes quitte la direction d'Alcatel-Lucent avec un parachute doré de 13,4 millions d’euros d’actions sur 3 ans. Michel Combes prétend mériter cette récompense : « Je suis plutôt fier du travail accompli » (Les Échos, 31 août 2015), car, en deux ans, il a permis la vente à Nokia en augmentant de +228% l’action d’Alcatel-Lucent... mais en supprimant 10 000 emplois.

C’est ainsi que le 9 septembre 2015, France 3 diffuse un numéro de Pièces à conviction consacré au train de vie des députés. Christophe Priou, député de Loire-Atlantique, membre des Républicains (de droite), y reconnaît être devenu propriétaire de sa permanence parlementaire grâce à un prêt à taux réduit de l’Assemblée nationale financé par son Indemnité représentative de frais de mandat (IRFM), permanence qu’il a ensuite revendu... mais en empochant la plus-value. Il se justifie ainsi : « C’était légal, il faut que les choses soient claires, soit c’était permis, et même on pouvait bénéficier de crédits parlementaires, soit ça ne l’était pas. Aujourd’hui, ce n’est plus possible, dont acte ».

Michel Combes et Christophe Priou n’ont a priori, en effet, rien fait d’illégal, mais ils ont en commun un manque d’éthique : pour le commun des mortels, il est évident qu’ils ont mal agi, ils ont manqué de common decency.

Sur les traces de la common decency dans les œuvres de George Orwell

La common decency est une expression tirée des œuvres de George Orwell (1903-1950). Elle apparaît à plusieurs reprises et pas toujours explicitement. De plus il faut noter que ses traducteurs n’ont pas toujours utilisé la même expression dans les différentes versions françaises de ses œuvres.

La notion de common decency figure d’abord dans plusieurs textes des années 1930. C’est ainsi que dans Le Quai de Wigan, enquête sur la vie des mineurs du Nord de l’Angleterre (1937), George Orwell écrit : « Dans un foyer ouvrier –je ne parle pas ici des familles de chômeurs, mais de celles qui vivent dans une relative aisance- on respire une atmosphère de chaleur, de décence vraie, de profonde humanité qu’il n’est pas si facile de retrouver ailleurs ». Le 16 juin 1938, lorsqu’il fait la recension de The Freedom of the Street de Jack Common pour le magazine New English Weekly, George Orwell précise le lien entre ces valeurs morales et le peuple : « Les travailleurs manuels acquièrent dans une civilisation machiniste, de par les conditions mêmes dans lesquelles ils vivent, un certain nombre de traits de caractère : droiture, imprévoyance, générosité, haine des privilèges. C’est à partir de ces dispositions précises qu’ils forgent leur conception de la société future, au point que l’idée d’égalité fonde la mystique du socialisme prolétarien. C’est là une conception très différente de celle du socialiste de la classe moyenne, qui vénère en Marx un prophète - un prophète extra-lucide, un donneur de tuyaux qui non seulement vous indique sur quel cheval il faut miser, mais qui vous explique aussi pourquoi ce cheval n’a pas gagné ».

Mais c’est dans son essai sur Charles Dickens datant de 1939, que George Orwell reconnaît dans le grand auteur anglais la common decency : « En dernier ressort, il n’admire rien, si ce n’est la common decency, l’honnêteté des mœurs » ; « Dickens n’a pas de propositions constructives à formuler, pas même de conception claire de la nature de la société qu’il attaque : tout ce qu’il sait, intuitivement, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas dans cette société. Tout ce qu’il peut dire, c’est comportez-vous comme il faut » ; « S’il a été populaire de son temps, et s’il l’est encore, c’est principalement parce qu’il a su exprimer sous une forme comique, schématique et par là même mémorable, l’honnêteté innée de l’homme ordinaire ».

En 1946, dans Qu’est-ce que le socialisme ?, George Orwell écrit : « Les révolutions doivent se faire, il ne peut pas y avoir de progrès moral sans changements économiques drastiques, et pourtant le révolutionnaire s’active pour rien s’il perd contact avec la décence ordinaire humaine». C’est à partir de ces occurrences que peut être dégagée une définition contemporaine de la common decency.

À suivre

Commenter cet article

1984 09/12/2015 17:36

A quand la suite? L'affaire est passionnante
Application faite à la situation d'aujourd'hui nous sommes en panne de décence.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents