Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CRITICA MASONICA

CRITICA MASONICA

Etude Critique et Académique du fait maçonnique, reflets de la revue. Envisage la Franc-Maçonnerie comme un univers culturel dont l’étude nécessite d’employer les outils des sciences humaines, de procéder à une nette séparation du réel et du légendaire et de procéder à la prise en compte de ce légendaire comme un fait social et historique.


Les Grandes loges du Tennessee et de Géorgie n’aiment pas les gays

Publié par Rédac' sur 23 Mars 2016, 07:00am

Catégories : #articles

Les Grandes loges du Tennessee et de Géorgie n’aiment pas les gays

Ce n’est pas une nouvelle fraîche mais, justement, on peut mesurer le relatif silence qui a suivi une décision passablement scandaleuse. Résumons : en septembre dernier, deux Grandes loges du Sud des États-Unis d’Amérique, celles du Tennessee et de Géorgie, ont décidé tout de go de refuser les homosexuels dans leurs rangs. Deux maçons qui s’étaient mariés au Tennessee, conformément à la loi, ont été exclus et les Géorgiens ont parlé de leur côté de « péché ». Le retour de Sodome et Gomorrhe dans l’imaginaire des troupes de Donald Trump…

Les Grandes loges de Georgie ont maintenu récemment leur position, sans rompre pour autant leurs relations avec celles qui les critiquent. Sudistes, ils sont, sudistes ils restent, qu'on se le dise...

Six mois après, il semble qu’il n’y ait que deux Grandes loges sœurs, celle de Californie et celle du district de Columbia (Washington DC) qui, justement aient traduit leur indignation en suspendant leurs relations avec ces structures homophobes, à quoi s’ajoute la Grande loge régulière de Belgique, laquelle a exprimé son rejet de telles dispositions.

Quant à la Grande loge nationale française (GLNF), elle vient enfin de lever le sourcil. Comme l’a révélé notre confrère Hiram.be, le Grand maître Jean-Pierre Servel s’est fendu d’une lettre ouverte de réprobation à ses quelque 25 000 adhérents et va proposer à la direction de son obédience de prendre des sanctions contre les deux Grandes loges qui font tache dans le paysage de la « régularité ».

En novembre dernier, Roger Dachez, sur son blog Pierres Vivantes, qui semble hélas en sommeil, avait attiré l’attention du landerneau maçonnique sur cette affaire qui devait faire grand bruit. Hélas, il n’y eu point trop de barouf…

Il ne faut pourtant pas laisser passer pareille attitude. En effet, et qui dirait aujourd’hui le contraire : exclure les homosexuels, les noirs, les athées, les juifs n’est pas tolérable. Soyons vigilants. Le ventre est encore fécond d’où a surgi, entre autres événements, puisque nous parlons de la Géorgie et du Tennessee, la guerre de Sécession. Il ne manquerait plus qu’on exclue les femmes, ou que d’autres excluent les hommes, ce serait le bouquet ! Tous et toutes uni-e-s contre l’altérophobie, dans le respect de la loi qui punit toute forme de discrimination.

« Inutile de vous rappeler que, comme tous les Maçons réguliers à travers le monde, nous avons pris l’Obligation solennelle et sacrée d’obéir fidèlement aux lois de notre pays. Je ne peux qu’être choqué par de telles attitudes », écrit Servel.

Ah bon ? Que dit-elle, en fait, la loi française ?

La loi n°2008-496 du 27 mai 2008 modifiée, portant diverses dispositions d'adaptation au droit communautaire dans le domaine de la lutte contre les discriminations dispose en son article premier :

« Constitue une discrimination directe la situation dans laquelle, sur le fondement de son appartenance ou de sa non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie ou une race, sa religion, ses convictions, son âge, sa perte d'autonomie, son handicap, son orientation ou identité sexuelle, son sexe ou son lieu de résidence, une personne est traitée de manière moins favorable qu'une autre ne l'est, ne l'a été ou ne l'aura été dans une situation comparable.

Constitue une discrimination indirecte une disposition, un critère ou une pratique neutre en apparence, mais susceptible d'entraîner, pour l'un des motifs mentionnés au premier alinéa, un désavantage particulier pour des personnes par rapport à d'autres personnes, à moins que cette disposition, ce critère ou cette pratique ne soit objectivement justifié par un but légitime et que les moyens pour réaliser ce but ne soient nécessaires et appropriés. »

Dès lors, une question simple : si l’homophobie ne peut être justifiée par un but légitime, peut-on considérer que reste légitime la protection des frères contre la séduction des femmes qui troublerait leur processus initiatique ?

Commenter cet article

Peter Bu 30/03/2016 14:55

Joaben, je rappelle que "les initiations traditionnelles ont été le plus souvent réservées aux garçons, parfois aux filles, plus rarement aux deux à la fois." Dans toutes ces sociétés la forme et le contenu de l'initiation résultaient du partage des tâches nécessaires à la survie du groupe plutôt que du sexisme (même si ce partage pouvait contenir des graines du sexisme à venir).

Dans la mesure où la franc-maçonnerie est une société initiatique elle peut et devrait se poser la question de savoir si, aujourd'hui, la séparation des hommes et des femmes en loge se justifie ou non. Ce débat ne peut pas être tranché d'une et seule manière, il est trop complexe. (J'ai exposé différents points de vue dans « L'initiation des femmes et la mixité » de mon site de réflexions maçonniques. Ce texte se trouve à l'onglet « Réflexions ». Merci de s'y reporter.)

En attendant j'apprécie qu'en France et ailleurs "l'initiation maçonnique connaît les trois variantes », féminine, masculine et mixte.

Parler de la "discrimination anti-femmes" aurait un sens si la franc-maçonnerie était un syndicat, un parti politique, une entreprise, une église - et si la franc-maçonnerie féminine n'existait pas. Elles est bien là, même en Grande-Bretagne, et ses membres ne revendiquent pas la mixité, bien au contraire. Il se peut quelles aussi aient tort mais ce sont tout de même elles les premières intéressées.

On ne peut pas balayer toutes les opinions, y compris celles des femmes, en affirmant que les loges "uni-sexe" pratiquent une "passion dangereuse".

Joaben 30/03/2016 15:27

Peter, tu reprends la "ligne de défense" classique du sexisme. Comme si l'apartheid n'existait pas puisqu’il y avait des bus, des cités pour les noirs.
Il est à noter que chaque loge dispose MACONNIQUEMENT du droit d'initier, recevoir qui elle veut. Donc personne n'interdit d'appliquer ce critère ou un autre.
Par contre lorsque des GL se clament sexistes(masculin ou feminin) et imposent ce sexisme à des loges, c'est violer le principe maçonnique et cela fait honte à toute notre institution !
NB : le débat est déjà tranché pour la FM ! Chaque loge fait ce qu'elle veut en la matière.
Le vrai problème est au niveau des obédiences qui imposent une règle sexiste à des loges.

Peter Bu 30/03/2016 11:11

Joaben, il ne faut tout mélanger. Discrimination des homosexuels et non-admission des femmes par certaines obédiences n'ont rien à voir.
Les initiations traditionnelles ont été le plus souvent réservées aux garçons, parfois aux filles, plus rarement aux deux à la fois.
L'initiation maçonnique connaît ces trois variantes et je ne crois pas qu'il faille uniformiser les obédiences. Par contre à mon avis elles ne devraient pas être fermées aux visites mutuelles, quitte à ne pas les pratiquer tout le temps.
En tout état de cause, la non-admission des femmes par certaines obédiences n'exprime pas la haine de ces dernières, tandis que le refus des homosexuels résulte du mépris - sentiment inadmissible dans un mouvement qui se veut fraternel.

joaben 30/03/2016 14:06

NB : je viens de cette FM sexiste. J'avais tort de ne pas m'en émouvoir.
Bien sûr, il faut du temps et de la pratique pour que les FM sexistes abandonnent cette passion dangereuse. Il faut donc des étapes pour progresser. C'est le cas.

joaben 30/03/2016 14:03

Peter Bu.
Faut pas se cacher derriere de faux pretextes.
Quelques soient les prétextes qu'on se donne le résultat est là une discrimination ant-femmes.
Les GL de Georgie & co ne disent pas non plus qu'il faut "haïr" les homosexuels. Simplement ils ne les veulent pas en loge, comme les sexistes FM.
Y a-til quelque validité à faire intervenir le sexe en FM, c'est là la question à laquelle sont confrontés tous les FM sexistes.
Ils sont confrontés à leur incohérence et leur hypocrisie. Faut-il se montrer complaisants face à cette dérive ? Je ne crois pas !
NB : traditionnellement les homos, qualifiés de "bougres" étaient rejetés de la FM. Tradition heureusement abandonnée par la plupart. Reste la tradition du sexisme défendue mordicus.

Joaben 28/03/2016 12:44

Il est plutôt cocasse que la GLNF qui pratique discrimination féroce vis à vis des femmes nous fasse une numero d'offuscation vis à vis de la discrimination des homosexuels.
Rappellons que dans leur hypocrisie les militants de la GLNF "aiment les soeurs" ... si elles vont maçonner ailleurs !
C'est en gros ce que disent les GL géorgiennes aux homos. Et ce n'est pas nouveau et ca n'incommodait nullement les dirigeants de la GLNF ... qui se reclament des "anciens usages" où figure l'exclusion des homos, boiteux, femmes.
Summum d'hypocrisie qui fait honte à toute notre FM !

Jacques PELLERIN 24/03/2016 16:36

je ne comprends pas bien cet ostracisme vis à vis de la GLNF, Servel a répondu à cette ignominie et sa réponse est claire.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents