Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CRITICA MASONICA

CRITICA MASONICA

Etude Critique et Académique du fait maçonnique, reflets de la revue. Envisage la Franc-Maçonnerie comme un univers culturel dont l’étude nécessite d’employer les outils des sciences humaines, de procéder à une nette séparation du réel et du légendaire et de procéder à la prise en compte de ce légendaire comme un fait social et historique.


Projets européens : celui des individus et celui des citoyens

Publié par Rédac' sur 7 Mars 2016, 08:59am

Catégories : #articles

Projets européens : celui des individus et celui des citoyens

Julien Vercel

Après la Norvège en 1972 et en 1992, l’Islande a retiré, le 12 mars 2015, sa candidature à l’Union européenne (UE). Quant au Royaume-Uni, David Cameron a dû promettre un referendum sur le maintien ou la sortie de l’UE. Il ne s’agit pas seulement de manifestations d’un « esprit insulaire », car d’autres forces dans des pays plus continentaux militent pour la sortie de l’UE.

Il faut dire que la crise de la zone euro, la persistance du chômage de masse, la montée de partis d’extrême-droite et l’absence de leadership ne rendent pas le projet européen particulièrement attractif. Plus profondément, l’Europe souffre d’un défaut d’énonciation et d’une indétermination qui empêchent l’émergence d’une véritable citoyenneté. Parce que l’Europe s’est d’abord construite sur l’extension des droits des individus au détriment de ceux des citoyens. Parce que les clauses d’opt out et les diverses négociations particulières construisent une Europe à géométrie plus que variable où l’unité de l’ensemble est de plus en plus difficile à imaginer en dehors d’un « grand marché ». Mais aussi parce que le processus européen a entretenu ce que Pierre Manent nomme « une incertitude sur la frontière entre l’intérieur et l’extérieur, ou même un refus de poser la question de la frontière entre l’intérieur et l’extérieur ».

Le préambule du traité sur l’UE l’énonce, à ce titre, explicitement puisqu’il se fixe notamment comme objectif : « une union sans cesse plus étroite entre les peuples de l'Europe ». Mais ce sont les atermoiements de la candidature de la Turquie qui illustrent le plus parfaitement les indéterminations qui ruinent le projet européen. Indétermination de ses frontières, de sa population et de ce que ses membres veulent mettre en commun. Pas étonnant donc que la mobilisation des citoyens oscille entre des taux d’abstention aux élections européennes fortement élevés (56% en France en 2014, mais jusqu’à 87% en Slovaquie !), un vote élitiste (52% des diplômés français de l’enseignement supérieur sont allés voter en 2014) et un vote protestataire (le Front national a obtenu 25,1% des suffrages en France en 2014), en fonction de l’intérêt accepté ou non de voir s’étendre les droits d’individus et s’éteindre les droits de citoyens.

L’Europe est pourtant un enjeu majeur de société. Car les néolibéraux s’accommodent fort bien de l’indétermination actuelle. Ils se contentent volontiers d’un projet européen qui prend en charge la casse sociale en cas de crise, qui mutualise les pertes, privatise les bénéfices et veille à l’état de concurrence de tous contre tous, un projet européen limité à un grand marché et sans cesse dilué grâce à l’adhésion de nouveaux membres. Et ils voient d’un œil bienveillant l’extension de la société des individus contre la société des citoyens… dans la mesure où l’individu n’a pas encore développé les moyens de se défendre face à l’extension sans fin du marché à tous les secteurs de la vie.

Commenter cet article

JPB 12/03/2016 11:35

C'est Julien Vercel qui a signé ce papier. A lui de répondre

aristot57 08/03/2016 17:18

Il y a une approche assez etrange qui a gagné ces derniers temps et qu'on perçoit dans ton article, JP ! Une tendance à "externaliser" l'Europe, un peu comme en UK Thatcher.
Alors que l'Europe c'est NOUS ! Elle représente la volonté manifestée tant bien que mal par le PEUPLE EUROPEEN.
Permets-moi de prendre un contrepied systematique (et un peu abusif du coup) à certaines de tes affirmations dans le simple but de montrer qu'il suffit d'appliquer d'autres mots tout aussi justes ou faux à une mêmme réalité :
- Succès de notre monnaie l'euro, depuis 17 ans : stable et résiliente aux attaques comme celles sur la Grèce.
- La zône euro apporte une reduction importante du chômage depuis 5 trimestres.
- L'extreme-droite ne represente quasiment rien à l'echelle européenne. Au parlement 5%.
- l'UE est en bonne voie pour un exécutif, pouvoirs parlementaires, président européen
Alors sur ce contre-pied, que faire ? A mon sens il y a de nobreux axes à développer :
- identité européenne (drapeau, hymne, équipes sportives, grandes cérémonies)
- Sécurité : effort maxi sur Europol, Frontex pour monter un FBI, NSA européen.
- Commerce : ca marche déjà pas mal, mais un ministere du commerce exterieur européen serait efficace.
- Investissement massifs : transports, energie, com. C'est l'echelle européenne qui est adaptée.

Donc en attendant, chantons notre hymne fédéral ... si maçonnique !
Ainsi comment s'étonner de la faiblesse de l'Europe politique après le coup d'arrêt de 2005 ?

Arsène 07/03/2016 17:20

C'est peut être parce que dans une société libérale seuls ceux qui sont dotés d'un capital social et/ou culturel peuvent vraiment en profiter qu'il y a problème. De plus ceux ci peuvent se sentir à l'aise hors de chez eux. Quant au sentiment citoyen nous savons qu'il est délicat à installer dans un cadre pluri linguistique. Bref, on n'est pas sorti de l'impasse.
A part ça, s'il y a une chose qui n'existe pas, c'est la maçonnerie européenne.

Julien Vercel 26/03/2016 21:10

Bonjour
Merci de votre commentaire et je confirme, ce n'est pas Jean-Pierre qui a écrit cet article.
Juste une précision, je n'"externalise" pas l'Europe et, d'ailleurs, je ne me reconnais absolument pas dans tous ceux qui votent à Bruxelles ou dans les conseils européens et qui, rentrés à Paris, disent: "C'est la faute à l'Europe!"
Oui, l'Europe a apporté la paix, l'abondance et l'autosuffisance alimentaire.
Mais depuis que le Mur est tombé, que le Bloc de l'Est s'est dissout, le projet européen s'est dissout également, il est comme vidé de son contenu au profit d'une course à "l'élargissement", sans limites, ni frontières. On en paye le prix économique (les pays européens se sont désarmés face à la mondialisation) et politique (les europessimistes prolifèrent)... et surtout plus personne n'énonce l'objectif de cette construction européenne... sauf les libéraux avec l'extension sans limites du marché.
Quant à l'hymne européen, je ne suis pas comme Samuel Beckett qui disait: "Quand on est dans la merde jusqu'au cou, il ne reste plus qu'à chanter", car je trouve que mon Europe manque cruellement de voix, pas pour chanter, mais pour penser.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents