Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CRITICA MASONICA

CRITICA MASONICA

Etude Critique et Académique du fait maçonnique, reflets de la revue. Envisage la Franc-Maçonnerie comme un univers culturel dont l’étude nécessite d’employer les outils des sciences humaines, de procéder à une nette séparation du réel et du légendaire et de procéder à la prise en compte de ce légendaire comme un fait social et historique.


« Le Régime écossais rectifié. De la doctrine de la réintégration à l’imago templi » de Rémi Boyer

Publié par Rédac' sur 23 Juillet 2016, 22:41pm

Catégories : #livres

« Le Régime écossais rectifié. De la doctrine de la réintégration à l’imago templi » de Rémi Boyer

Jean-Pierre Bacot

Le Régime écossais rectifié (RER) continue de connaître un certain succès dans la franc-maçonnerie française. Il est en effet pratiqué dans presque toutes les obédiences de quelque importance, Grande loge nationale française, Grande loge de l’alliance maçonnique française, Grand orient de France, Grande loge traditionnelle et symbolique Opéra (GLTSO), Loge nationale française, Grande loge de France, Grande loge mixte de France, Grand prieuré des Gaules, Grande loge féminine de France, etc.

Rémi Boyer qui a déjà publié nombre d’ouvrages sur cette sensibilité maçonnique chrétienne ésotériste rappelle dans son dernier livre, préfacé par Serge Caillet et José Anes et paru aux éditions de la Tarente, quelques éléments fondamentaux sur l’actualité de cette famille fondée par Jean-Baptiste Willermoz. Il commence par se demander ce que peut aujourd’hui signifier la doctrine de Martinès de Pasqually, le grand inspirateur, puis ce que peuvent exprimer les rituels du RER à propos de la doctrine de la réincarnation. Dans une troisième partie, l’auteur nous dévoile « la voie d’éveil » que permet l’accès aux deux derniers échelons du régime : « profession» et « grande profession ». Aussi structurellement cachés que soient ces profès et grands profès, non seulement du monde profane, mais aussi des autres maçons, fussent-ils armés Chevaliers bienfaisants de la cité sainte, il est aujourd’hui probable qu’il s’en trouve dans presque toutes les obédiences précitées et il est loin d’être certain qu’ils se fréquentent les uns les autres. Et s’il est quelques femmes dans ces hauteurs, elles doivent se sentir bien seules, les chevalières dont certaines sont bien capables de se dire chevaliers.

En tout état de cause ésotériste rectifiée, il semble, à regarder les remerciements que fournit Boyer, que ce soit autour de la GLTSO, obédience où le RER est très largement majoritaire, que l’activité soit la plus forte. Cela se confirmera avec la parution imminente d’un numéro de la revue Renaissance traditionnelle sur cette question. Cela posé, si le RER veut avoir un avenir à plusieurs décennies, il devra réfléchir sur le fait que son affichage chrétien au sens large (catholique, protestant ou orthodoxe) se trouvera de plus en plus en décalage avec la société, et ce d’autant plus que bon nombre de chrétiens perdurants ne voudront pas entendre parler de la maçonnerie. On suggérera aussi aux partisans d’une attitude gnostique, ce qu’Adon Qatan publie dans les colonnes de Critica masonica, à la suite de Bernard Dubourg quant aux origines hébraïques et non point chrétienne de cette gnose.

Commenter cet article

Deneb adige 27/07/2016 11:15

excellent petit compte-rendu et très bonne conclusion !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents