Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CRITICA MASONICA

CRITICA MASONICA

Etude Critique et Académique du fait maçonnique, reflets de la revue. Envisage la Franc-Maçonnerie comme un univers culturel dont l’étude nécessite d’employer les outils des sciences humaines, de procéder à une nette séparation du réel et du légendaire et de procéder à la prise en compte de ce légendaire comme un fait social et historique.


C’est donc en robe que le pape François a dénoncé la « théorie du genre » !

Publié par Rédac' sur 8 Octobre 2016, 19:08pm

Catégories : #articles

C’est donc en robe que le pape François a dénoncé la « théorie du genre » !

Julien Vercel

Les voyages en avion -ces moments presqu’officiels- permettent de faire passer des messages et, à l’heure de l’information en continu, tout est aussitôt repris et amplifié. Rappelons-nous ce 26 juin 2016, quand, dans l’avion qui le ramenait d’Arménie, le pape François avait dit « Je redis ce que j’ai déjà dit et ce que le catéchisme de l’Église catholique enseigne : les homosexuels ne sont pas discriminés ».

Mais ça, c’était avant.

Car, dimanche 2 octobre 2016, en vol vers Rome après un séjour dans le Caucase, le pape raconte qu’un père français lui a affirmé que son fils de 10 ans envisage de devenir une fille ! Aussitôt le souverain pontife sort l’extrême droitier poncif : « Le papa s'était alors rendu compte que dans les livres du collège, on enseignait la théorie du genre. Ceci est contre les choses naturelles ! Pour une personne, une chose est d'avoir cette tendance, cette option, et même de changer de sexe, autre chose est de faire l'enseignement dans les écoles sur cette ligne, pour changer la mentalité. C'est cela que j'appelle la colonisation idéologique ».

Certes, ce n’est pas la première fois que le pape tonne contre la « théorie du genre ». Le 11 avril 2014, il avait pris la défense des enfants contre toute théorie éducative ou anthropologique : « on ne peut rien expérimenter avec les jeunes et les enfants ! Ce ne sont pas des cobayes de laboratoire ! » L’avortement avait été qualifié de « crime abominable » ; contre le mariage des homosexuels, il avait rappelé qu’un enfant a besoin « d'un papa et d'une maman » pour s’épanouir et, enfin, il avait demandé pardon pour le mal commis par les prêtres pédophiles. Ensuite, le 15 avril 2015, sur la place Saint-Pierre, il avait livré son décryptage de la « théorie du genre » : « l'expression d'une frustration et d'une résignation qui vise à effacer la différence sexuelle car on ne parvient plus à l'assumer ». Enfin, le 27 juillet 2016, pendant une rencontre avec des évêques polonais à Cracovie, il avait déploré qu’« aujourd’hui, on apprenne à l’école à des enfants -à des enfants !- que tout le monde peut choisir son sexe »

En fait ce pape s’inscrit dans la droite ligne de l’Église catholique... et de celle encore plus droite de son prédécesseur, Benoît XVI, qui, en 2004, dans sa Lettre aux évêques sur la collaboration de l’homme et de la femme dans l’Église et dans le monde, accusait le « genre » d’être responsable de l’« occultation de la différence ou de la dualité des sexes », de la « mise en question de la famille » et de la « mise sur le même plan de l’homosexualité et de l’hétérosexualité ». N’en jetez plus ! Le genre, voilà l’ennemi !

Et la France dans tout ça ?

Du côté de sa culture, avouons-le, les artistes aiment parfois jouer avec les identités. En 1985, le groupe Indochine chantait, dans Troisième sexe « Une fille au masculin/ Un garçon au féminin ».

Deux ans plus tard, Mylène Farmer (qui, certes, est née au Québec) entonnait Sans contrefaçon qui commençait par « Puisqu'il faut choisir/ À mots doux je peux le dire/ Sans contrefaçon/ Je suis un garçon » !

Mais, ça ce sont les artistes. Car du côté de son école, aucune « théorie du genre », ni dans les programmes, ni dans instructions ministérielles. Il y a juste, depuis 1989, un enseignement de l'égalité homme-femme et, depuis 2001, des cours d'éducation sexuelle. Et, en 2013, une expérimentation intitulée les « ABCD de l'égalité » pour « déconstruire les stéréotypes de genre » et ainsi prendre conscience que tout n’est pas rose et passif chez les filles comme tout n’est pas bleu et actif chez les garçons.

Commenter cet article

Boubou 19/10/2016 20:57

En Burkini

Le démocrate 12/10/2016 11:49

Ah bon ! Vous vous attendiez à ce qu'il le fasse en pantalon ?

Arsène 10/10/2016 17:24

Dans son style enrobé, le pape jésuite s'est pris les pieds dans le bas de son costume.
Ca ne changera rien de rien, son influence, en France au moins, étant quasi nulle.

Germinal 09/10/2016 13:14

Vox romana : vox américana
Pax romana : pax américana.

Lionel MAINE 09/10/2016 09:49

Il serait d'ailleurs intéressant, en Franc-Maçonnerie, d'expliquer aux Apprentis que tout l'actif n'est pas forcément masculin et le féminin, passif.(Cf Lune et soleil en allemand).
Quant à la vêture de François, libre à lui de se déguiser en Papesse Françoise pour préparer ... le Carnaval de Dunkerque !!!

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents