Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CRITICA MASONICA

CRITICA MASONICA

Etude Critique et Académique du fait maçonnique, reflets de la revue. Envisage la Franc-Maçonnerie comme un univers culturel dont l’étude nécessite d’employer les outils des sciences humaines, de procéder à une nette séparation du réel et du légendaire et de procéder à la prise en compte de ce légendaire comme un fait social et historique.


Quand la maçonnerie nous mène en bateau

Publié par Rédac' sur 30 Octobre 2016, 12:49pm

Rédac'

Franc-Maçonnerie magazine bénéficie régulièrement d’une publicité pleine page pour une compagnie maritime. On vous propose une promenade bien cadrée d’une décade en Méditerranée, avec un petit cycle de conférences à consommer entre restaurant, salle de relaxation, piscine, piste de danse et simulateur de circuit automobile. Vous l’aurez deviné, une certaine maçonnerie s’est emparée de cette offre de voyage dans un hyper-marché flottant. Des cannois du Cercle Azurea sont au gouvernail des opérations avec la compagnie Costa-Croisières.

Sauf erreur de nos services, la première occurrence de croisière maçonnique dans cette configuration massive s’est déroulée du 29 mars au 5 avril 2015. Étaient  à l’affiche comme conférenciers : Pierre Andureau, Claude Darche, Alain Pozarnik et Alain Subrebost. Orientation spiritualiste assurée.

Du premier au 18 août 2016, Marie-Dominique Massoni, Catherine Jannin-Naltet, Bruno Pinchard et Frédéric Vincent furent à leur tour au centre de la fiesta maritime autour du thème très original « Engagement, fraternité, solidarité » au départ de Venise. Elle a dû faire quelques dégâts au démarrage, cette croisière. En effet, nombreux sont les Vénitiens qui se mobilisent pour empêcher de tels mastodontes de venir ébranler les fondements du vieux port de la Sérénissime, même si la justice italienne a malheureusement cassé une législation limitant le tonnage autorisé sur les grands canaux.

Troisième croisière, du 23 septembre au 20 octobre 2016, de Savone à Savone à bord du Costa Favolosa, avec, cette fois-ci, Hugues Berton, Marie-Françoise Blanchet, Alain de Keguel et Christelle Imbert. Il y eut des escales express à Malaga, Casablanca, Cadix, Lisbonne, Valence, Barcelone, à cent à l’heure, ce qu'il n'est pas exagéré de considérer comme une parodie de tourisme à l'américaine.

La quatrième promenade en mer se déroulera en avril prochain huit jours et sept nuits, sur le Costa Celiziosa, avec au programme:  « Grèce entre mer et histoire », Italie, Grèce et Croatie, au départ de Venise, trois pays, cinq villes, 1130 cabines, sept ou huit étages, un de ces géants des mers si décriés par les défenseurs de l’environnement. Le thème du cycle de conférences sera: « Améliorer l’homme et la société », avec Céline Bryon-Portet, Daniel Keller, Laurent Kupferman et Michel Maffesoli. Des milliers de passagers confinés, quelle recherche d’altérité ! Mais passons, chacun son truc, car il y a, nous semble-t-il, bien plus grave.

En effet, par son gigantisme et sa distance de freinage, le monstre marin aura bien du mal à secourir un radeau de migrants faisant en pleine nuit et pleine mer le signal de détresse, à supposer que la baleine puisse apercevoir la méduse. Les malheureux, les yeux pleins d’eau et de sel, regarderont passer, éberlués, osons-le, médusés, tous ces étages illuminés. Ce sera leur ultime vision, avant la côté, ou la noyade.

Sur ce qui est devenue la mare nostrum dolorosum, de telles croisières sont-elles en ces temps difficiles un tant soit peu justifiables ? De longs et pénibles efforts seront nécessaires pour nous en persuader. Espérons cependant qu’une partie des royalties de la joyeuse compagnie seront reversés. À quel tronc ? Celui des associations qui  œuvrent au sauvetage et à l’accueil des migrants, parmi lesquelles se trouvent bon nombre de maçonnes et de maçons, à terre. Pour ne pas dire atterrés.

Commenter cet article

Critica 05/11/2016 19:04

Tiens, à propos de trolls, allez voir sur hiram.be qui a eu la gentillesse de reprendre ce texte, la différence dans les commentaires. C'est assez édifiant. On s'est permis d'aller le signaler.

MG RENAULT 01/11/2016 21:22

Cet article de CRITICA MASONICA ne peut que nous aider à la prise de conscience dans sa rue, en France et dans le monde. Merci FRATERNITE

critica 02/11/2016 13:45

Merci

Méduse 01/11/2016 13:45

Je propose un concept: la mondanité de masse. Qu'elle touche la maçonnerie peut attrister, mais est-ce vraiment étonnant?

lazare-lag 01/11/2016 10:46

Je n'ai jamais bien compris l'attrait de ce type de croisière, je parle ici de la croisière elle-même, pas même de sa particularité maçonnique, c'est un autre aspect. S'entasser sur des villages flottants, y "profiter" à bord d'activités plus ou moins ludiques et la plupart du temps, sauf aux abordages, ne voir qu'une mer bleue et étale où l'oeil se lasse assez vite de ne scruter un horizon sans rien à quoi se raccrocher, personnellement cela ne m'attire pas vraiment.
Dans ma vie, je n'ai fait qu'une seule croisière, mais fluviale, sur un bateau relativement petit. Equipage compris nous n'étions qu'une soixantaine. Et je ne suis pas certain que nous étions trente en tant que touristes. Une taille humaine donc. Et la fluviale a, pour moi, l'avantage qu'il se passe toujours quelque chose sur les deux rives. Les paysages changent, des animaux paissent dans les champs, un vol d'oiseaux vous survole, des enfants rient, se baignent et vous saluent, peut-être même se moquent-ils, mais qu'importe. D'autres bateaux de tout type, de pêcheurs, de draguage, de transport de marchandises, d'autorités, douanières ou policières, vous croisent, vous doublent, vous accostent. Plus nombreux à l'approche des zones habitées, villages, bourgs ou villes bien sûr. C'est autre chose, ce n'est pas un centre de vacances sur coque, ce n'est pas un Club Med sur l'eau.
Dans mon expérience personnelle, le lieu importe peu, mais c'est la taille humaine que j'ai le plus apprécié et c'est cela que je voulais souligner. Même si c'était sur le Mékong, entre Cambodge et Vietnam. Après quatre jours aux temples d'Angkor et avant ultime étape à Ho Chi Minh Ville.
Quant à l'intérêt maçonnique je ne le critiquerai pas, ne l'ayant pas expérimenté, mais je reste pour le moins dubitatif, et perplexe.

Méduse 30/10/2016 21:16

Ils sont justes comme tant d'autres, insouciants que c'est leur galère qui semble voguer.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents