Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CRITICA MASONICA

CRITICA MASONICA

Etude Critique et Académique du fait maçonnique, reflets de la revue. Envisage la Franc-Maçonnerie comme un univers culturel dont l’étude nécessite d’employer les outils des sciences humaines, de procéder à une nette séparation du réel et du légendaire et de procéder à la prise en compte de ce légendaire comme un fait social et historique.


Grand orient de France : la féminisation attendra

Publié par Rédac' sur 22 Novembre 2016, 13:35pm

Catégories : #articles

Rédac'

À l’issue de son dernier convent en août dernier, le Grand orient de France (GODF) a communiqué, comme chaque année, l'état de ses effectifs. Au 30 juin 2016, l'obédience de la rue Cadet comptait 53 388 frères et sœurs, au lieu de 51 700 au 31 décembre 2015, soit une augmentation de 3,6%. En 2015, on aura dénombré 2 806 réceptions dans 1 305 loges, avec un âge moyen des petits nouveaux de 45 ans. On nous précise que la proportion est de 11,9% d'apprentis et 9,9% de compagnons et donc près de 80% de maîtres. Cela dit, l’obédience, comme d'autres, continue lentement de vieillir, avec un âge moyen qui atteint 59 ans, au lieu de 56 ans en 2004.

Quant au nombre de sœurs, il avait atteint 2 387 à la fin de 2015. Les femmes ne formaient donc que 4,6% du nombre total des membres, alors que l’obédience leur est ouverte depuis six ans.  Majoritairement, elle ont été directement reçues au Grand orient (58,6%), les affiliées provenant principalement de quatre autres obédiences : pour 29,8% du Droit humain (DH); 23,9% de la Grande loge féminine de France (GLFF) ; 21,1% de la Grande loge mixte de France (GLMF) et 14% de la Grande loge mixte universelle (GLMU). Cela veut dire qu’environ 320 soeurs sont parties du DH pour rejoindre le GODF ; environ 250 viennent de la GLFF ; 250 ont quitté de la GLMF ; 150 sont issus de la GLMU. Cela fait que l'on peut considérer qu’hommes et femmes confondus, l’ouverture à la mixité aura fait basculer environ 3 000 maçonnes et maçons vers le Grand orient, une minorité étant demeurée en double appartenance.

Les spécialistes estiment que c'est autour de 30% de membres d'une minorité dans une structure que celle-ci peut être considérée comme mixte. Nous en sommes très loin dans ce cas de figure, d'autant plus qu'aucune femme n’encore accédé au Conseil de l’ordre ni, à notre connaissance, à quelque exécutif que cela soit. La masculinité, encore structurelle et historiquement pesante, résiste et la féminisation de la rue Cadet est donc des plus lentes. La parité semble s’annoncer pour l'horizon lointain des calendes grecques…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lazare-lag 27/11/2016 12:30

"Les spécialistes estiment que c'est autour de 30% de membres d'une minorité dans une structure que celle-ci peut être considérée comme mixte.".
Quels "spécialistes"? Quels "experts"? Autoproclamés, les spécialistes? Masculins peut-être aussi... Et sur quelle base d'analyse? N'étant pas sociologue ni pronostiqueur sondagier, je réagis peut-être avec des principes éculés, ringards, pas modernes, mais pour moi de simple bon sens, 2806/53388 = 5,25%.
Et 5,25% compteraient pour rien? Surtout que l'on sait que c'est en augmentation, lente certes, mais constante. Pourquoi conclure (ou plutôt titrer alors " La féminisation attendra"?
Avec 5,25%, elle n'attend pas, elle est en marche!
Je ne suis pas sociologue, et encore moins mathématicien. Mais une fois le mouvement enclenché, peut-on raisonnablement penser que de 5,25% en 6 ans, au bout de 12 ans (soit doublement en terme de temps) on puisse envisager plus de 10,50 % (doublement en terme d'effectifs féminins)?
J'ajoute que l'analyse présentée ne nous parle que de l'obédience G.O.D.F.. Quid de l'impact attendu dans les grades de perfection et autres suprêmes conseils adossés au G.O.D.F.? Une bataille moins voyante, plus feutrée peut-être, mais une bataille quand-même doit y être également analysée, scrutée. Si ce qui se passe, ou passera, à ce niveau est soit inférieur, soit égal à la progression constatée en loges bleues, alors d'autres conclusions, comparatives celles-ci, pourront être instructives.
Enfin, dans une obédience comme le Droit Humain, à combien estime-t-on la répartition entre hommes et femmes? On me dit que la part féminine y est bien plus importante que la masculine.
Si la proportion masculine est en deçà des 30% des dits spécialistes mentionnés plus haut, pourra-ton alors dire que la mixité aura échoué? Ou qu'elle attendra?

Arsène 24/11/2016 17:48

De toute manière la mixisation du GO peut être considérée comme un relatif échec. Sans doute est-elle advenue trop tard.

Arsène 24/11/2016 17:48

De toute manière la mixisation du GO peut être considérée comme un relatif échec. Sans doute est-elle advenue trop tard.

rédac 23/11/2016 17:21

Pas pas, mais pan sur notre bec, voulions nous dire...

rédac 23/11/2016 17:20

Pas sur notre bec
Merci Betry pour ta veille scrupuleuse. l'article a été corrigé.
Quant à la mixité, Papygrincheux, toutes les obédience le sont si on la définit par le genre, évidemment.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents