Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CRITICA MASONICA

CRITICA MASONICA

Etude Critique et Académique du fait maçonnique, reflets de la revue. Envisage la Franc-Maçonnerie comme un univers culturel dont l’étude nécessite d’employer les outils des sciences humaines, de procéder à une nette séparation du réel et du légendaire et de procéder à la prise en compte de ce légendaire comme un fait social et historique.


La franc-maçonnerie anglo-saxonne va mourir, elle n’en a plus que pour un quart de siècle

Publié par Rédac' sur 2 Février 2017, 23:37pm

Catégories : #articles

Jean-Pierre Bacot

Ouh là là ! Ce blog a déjà annoncé il n’y a pas très longtemps la disparition du clergé catholique français et donc un coup fatal porté à la religion apostolique et romaine, au pire en 2035, et voilà qu’on ajoute ici le décès programmé vers la même date de la franc-maçonnerie anglo-saxonne dans les divers pays où elle fut jadis si puissante... Ce blog se spécialiserait-il dans la nécrologie institutionnelle?

Deux ennemis, irréductibles au demeurant, qui disparaîtraient conjointement. On entend déjà les commentaires. Mais comme dans le premier cas, celui du christianisme en France, notre réponse aux vrais et fausses sceptiques est simple: rendez-vous est donné dans un quart de siècle à ces indécrottables mécréants à qui tout matériau statistique lourd et argumenté fait l’effet d’une goutte d’eau posée sur une toile cirée lorsqu’on leur affirme preuves à l’appui que les temples d’Outre-Atlantique ou d’Outre-Manche se vident inexorablement. Espérons qu'ils auront encore tous bon pied bon oeil.

Nous nous appuyons pour annoncer la chute finale de la maçonnerie aux États-Unis et, plus largement, dans le monde anglo-saxon, sur une statistique fournie en ligne par le Masonic Service Association of North America. Le site, auquel nos lecteurs pourront se rapporter, propose également une statistique par État. Rien de plus officiel. La maison-mère communique et ne cache rien.

La franc-maçonnerie  anglo-saxonne va mourir, elle n’en a plus que pour un quart de siècle

Si l’on poursuit cette liste de nombres, aussi rébarbative qu’éclairante qui concerne l’ensemble des États-Unis, avec une suite marquant une perte annuelle moyenne de 35.000 maçons, on obtient pour 2020, environ 811.000 membres ; 450.000 pour 2025 ; 100.000 pour 2030 et, à la suite, un point théorique zéro en 2033, soit dans à peine plus d’un quart de siècle.

Le vieillissement des effectifs pourrait participer d’un facteur accélérant de la chute finale. Mais c’est surtout l’évolution de la société qui mine l’adhésion à une structure traditionnelle, croyante et masculine. D’une part l’athéisme et l’agnosticisme progressent, surtout au Nord, mais pas seulement, d’autre part, la mixité de la société en termes de genre fait céder les dernières résistances masculinistes (les clubs service - Rotary, Lyons - qui forment une autre composante de la sociabilité traditionnelle, sont aujourd’hui mixtes). Plus encore, l’atomisation de la société et la montée constante de l’individualisme en partie portées par les technologies de l’information, si elles ne tuent pas la vie associative, défient les engagements à long terme.

Concernant le Canada, (même source), la situation est à peine moins désespérée, les causes de la décrépitude étant peu ou prou identiques.

La franc-maçonnerie  anglo-saxonne va mourir, elle n’en a plus que pour un quart de siècle

Avec une perte de près de 3.000 maçons par an, l’année 2020 nous laisse prévoir un effectif maçonnique canadien d’environ 58.000 frères ; 43.000 pour 2025 puis 28.000 pour 2030 ; 13.000 pour 2035, avec un point zéro théorique vers 2043. Il existe certes d'autres obédiences, mais elles sont groupusculaires.

En Grande-Bretagne, un article de l’Independant mis en ligne en août 2016 donne des éléments non seulement sur l’effectif, mais sur la pyramide des âges. Les données présentées par la Grande loge unie d’Angleterre, également compétente pour le Pays de Galles, sources officielles reprises par le journal, indiquent un passage de 8349 loges en 2006 à 7401 dix années plus tard, soit une fermeture d’environ 99 loges par an. Les 270.000 adhérents de 2007 sont passés dans le même laps de temps à 204.775. Rappelons que l'on comptait plus de 500.000 maçons dans l’immédiat après-guerre. Quant au pourcentage de jeunes, il est en décroissance, ce qui n’infirmera pas une prévision de 130.000 membres environ pour 2026 ; de 60.000 dix ans plus tard et un point zéro théorique situé vers 2045.

***

Sachant que la situation de déshérence est comparable en Nouvelle-Zélande ou en Australie, c’est l’ensemble de la franc-maçonnerie anglo-saxonne qui n’existera plus qu’à l’état de trace mémorielle d’ici un quart de siècle. Outre ce qui concerne l’histoire sociale de ces pays, il ne faut pas oublier que l’Angleterre fonctionne comme tête de pont, comme lieu d’où part la reconnaissance de toute la franc-maçonnerie qui se veut régulière et que le Suprême Conseil de la Juridiction Sud des États-Unis occupe la même fonction pour les hauts grades écossais. La maçonnerie «régulière» continentale, sa branche française en particulier, risque de se trouver à proprement parler, orpheline sous peu. Comme certains de ses dirigeants sont capables de voir la situation autrement que par le petit bout de la lorgnette et de raisonner autrement qu'à très court terme, on peut parier qu’ils songeront moins que jamais à couper les ponts avec celles et ceux avec qui ils formeront bientôt, vaille que vaille, une sorte d’exception culturelle franco-belge possédant quelques filiales sous d’autres cieux, alors que la maçonnerie anglo-saxonne sera muséifiée, patrimonialisée, avec quelques traces délicieusement vintage....

Commenter cet article

jean-Pierre Bacot 13/02/2017 23:21

Michel, la maçonnerie française, qui n'est pas ici mon sujet n'est absolument pas menacée, sauf erreur, ses effectifs globaux ne sont pas en baisse, sans doute grâce à sa diversité.
La question pourrait cependant être posée quant au courant français " régulier " qui voit ses références s'étioler.

Sinon, JPB, merci pour la leçon de méthodologie, mais les baisses, pas les progressions, si on peut effectivement les affiner, ne sont pas pour autant exponentielles si les mots ont un sens et quoi qu'il en soit, je ne parle pas de pourcentages et on raisonne ici en ordres de grandeur.
Appendons d'avoir les données des deux dernières années et on verra bien ce qu'il en sera.

Jean-Pierre Bouyer 03/02/2017 10:30

Tout le monde connaît la devinette éculée du nénuphar qui double sa surface chaque jour...

Sans évidemment contester les tendances mises en évidence par cette étude, j'y relève cependant la même erreur de méthodologie que dans la précédente concernant le clergé : les progressions y sont considérées comme arithmétiques, alors qu'elles sont en fait exponentielles.

Par exemple : si en un an, sur une population de 300.000, la perte est de 30.000, cela veut dire que la perte est de 10%. Sur l'année suivante (en supposant que toutes autres choses restent égales), la perte ne sera pas de 30.000, mais de 10 % de 270.000, et ainsi de suite ...

Et n'oublions pas non plus que, comme l'a si bien montré Goscinny avec ses irréductibles Gaulois, il y a toujours des non-conformistes pour défier les statistiques !

NICETTE Michel 03/02/2017 09:21

Le sociologue et Franc-maçon du GODF que je suis modestement, attache tout particulièrement un grand intérêt à cette étude statistique, non pas sur la véracité de ces chiffres, mais sur la tendance qu'ils indiquent pour le moyen terme. Les faits sont les faits et il n'y a que les faux aveugles pour ne pas les voir et les comprendre.
Il y a quelque temps, Daniel Keller, ancien G-M du GODF s'alarmait du fait constaté que les nouveaux arrivants quittaient notre ordre avant le passage à la maîtise (je crois de mémoire quatre sur huit). Juste avant lui, Guy Arcizet, lui aussi ancien G-M, ciblait son action en direction des jeunes en organisant des rencontres en milieux universitaires et dans les banlieues, car il était très conscient du déclin programmé de nos Institutions.
J'avais personnellement aussi attiré l'attention de la juridiction du REAA Champagne-Ardenne pour mieux comprendre ce qui justifiait les nombreux départs, en proposant une enquête sociologique auprès des démissionnaires, mais je reçus une fin de non recevoir (par écrit).
Une démission c'est une démission, trois points c'est tout, alors qu'il y a des raisons cachées à révéler, au risque de déplaire ! On recrute à tout va pour masquer cette baisse naturelle et tendancielle, mais c'est une erreur fondamentale que de ne pas vouloir comprendre les raisons objectives et démontrées de ces départs toujours enregistrés pour motivation comme purement "administratives" (cela évite de se poser les vraies questions... et quand celles-ci sont explicitées, elles ne sont, la plupart du temps, pas communiquées).
A cela, il faut ajouter le refus permanent de la mixité dans cette juridiction et l'absence d'une réelle prise de conscience des maux sociétaux que subissent la jeunesse et les autres catégories sociales aujourd'hui. Certes, soyons précis quand même, pour faciliter le recrutement, cette Juridiction offre même la gratuité de capitation pour accéder au 4e grade de Maître Secret...C'est déjà un pas, mais il est de côté dans la mesure où il faut se poser les vraies bonnes questions, ce que refuse la haute hiérarchie de cette institution trop marquée par une tradition fermée aux problèmes de l'évolution de nos sociétés envahies par un populisme croissant et un retour aux faits religieux... C'est le chant du cygne, mais qui l'entend ? Mais peut être qu'un jour prochain, "le genre féminin" servira de soupape à l'équilibre des nombres dans les statistiques du REAA.
Enfin, la mixité est un fait en mouvement au GODF, alors pourquoi celui-ci ne fait-il pas rendre possible l'initiation dans ses propres juridictions sous sa tutelle, dans les mêmes formes qu'il la pratique dans ses rangs ? De quoi a t'il peur, des lobbys exclusivement masculins…?
Alors merci pour cette étude remarquable, et à quand la même pour nos obédiences françaises qui savent jouer sur la réalité des véritables effectifs. Gouverner, c'est prévoir, mais cacher les chiffres, j'appelle cela, la pratique du mensonge "par omission"… Sans doute est-il plus utile d'apparaître toujours le plus fort en nombre, pour imposer sa dominance territoriale, que d'être plus humble dans sa réalité sructurelle.
MICHEL NICETTE
Docteur en sociologie

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents