Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blog d'étude critique et académique du fait maçonnique, complémentaire de la revue du même nom. Envisage la Franc-Maçonnerie comme un univers culturel dont l’étude nécessite d’employer les outils des sciences humaines, de procéder à une nette séparation du réel et du légendaire et de procéder à la prise en compte de ce légendaire comme un fait social et historique.

Les loups se déguisent en rats pour entrer dans Paris

Rédac'

C’est dans la partie bourgeoise du XVIIIème arrondissement de Paris, au 27 de la rue Custine, sur les pentes de Montmartre, que niche la boutique « L’Atelier parigot », avec comme un sous titre anodin sur la devanture: "création et impression textile". On y vend effectivement des vêtements, surtout des tee-shirts, sweat-shirts et sacs à l’effigie de Jeanne d’Arc ou de Louis-Ferdinand Céline, avec des fleurs de lys, ou encore des citations de Napoléon. D’autres vêtements font certes de l’humour, mais ici, quand il y en a, il est noir. Nous on dirait le rat de nos dégoûts. 

En effet, le symbole de la boutique est le roi de nos sous-sols (« Vous en avez marre des crocodiles. Faites confiance à une bête bien de chez nous. Exigez le rat ») et les responsables ne se cachent pas d’avoir des sympathies avec ce que l’on appelle les « identitaires », soit, en gros, un mouvement situé à droite du Front national bien connu des habitués de ce blog. Modernes comme ils sont, ils ont leur place en ligne où les fidèles, pas les adversaires, qualifient eux-mêmes le lieu comme « La boutique des fafs ». Entendez des « fachos », des fascistes quoi.

Le rat parisien est devenu presque sympathique depuis le dessin animé Ratatouille (de Brad Bird, 2007) racontant l’histoire d’un rat gastronome. Ces néo-identitaires reprennent à leur compte la stratégie de retournement d’insultes : les nazis assimilaient les Juifs aux rats, les identitaires revendiquent désormais les rats pour eux-mêmes, c’est dire s’ils sont cool. Mais le fumet qui se dégage de cette affaire reste tout aussi nauséabond.

Les identitaires diront que c’est le « complot judéo-maçonnique » qui est à l'oeuvre et vient ici critiquer le fait qu'ils aient pignon sur rue, sur les pentes de la colline qui culmine à un peu plus de 130 mètres. Ou bien s'agira-t-il du  cabinet noir qui va toujours rechercher la (petite) bête immonde, vous savez, celle dont « Le ventre est encore fécond », soit dit pour parodier Bertolt Brecht (La Résistible ascension d'Arturo Ui, 1941).

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Dégoût, facho, nauséabond : tous les qualificatifs habituels sont employés, cahier des charges rempli, et pour ce qui est de l'information objective et circonstanciée on repassera. <br /> Le jugement de valeur remplace toujours l'argumentation et l'insulte efface le débat contradictoire, ce qui s'appelle être présumé coupable.<br /> Pour ma part, j'apprécie cette marque, alors même que je ne suis ni identitaire, ni très à droite, ancien lecteur de longue date de Libé et engagé dans bien des luttes de gauche.
Répondre