Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CRITICA MASONICA

CRITICA MASONICA

Etude Critique et Académique du fait maçonnique, reflets de la revue. Envisage la Franc-Maçonnerie comme un univers culturel dont l’étude nécessite d’employer les outils des sciences humaines, de procéder à une nette séparation du réel et du légendaire et de procéder à la prise en compte de ce légendaire comme un fait social et historique.


À propos de « Pourquoi Poutine est notre allié ? » d’Olivier Schmitt

Publié par Rédac' sur 19 Avril 2017, 21:14pm

Catégories : #livres

Stéphane François

Olivier Schmitt nous offre avec ce petit livre (119 pages en petit format), fort bien écrit, une excellente synthèse de la « poutinimania » française. Celle-ci transcende les clivages politiques français, allant de l’extrême gauche à l’extrême droite, de Jean-Luc Mélenchon à Marine Le Pen, en passant par toutes les sensibilités politiques françaises situées entre les deux.

Selon notre auteur, il y aurait quatre justifications, qui constituent  autant de chapitres  de son ouvrage: « Parce que Poutine serait un vrai dirigeant » ; « Parce que nous partagerions des valeurs communes » ; « Parce que ce serait dans notre intérêt » ; « Parce que la Russie vaudrait bien les États-Unis ». Toutes ces propositions sont évidemment relativisées et discutées sans complaisance. Elles montrent surtout le rejet du libéralisme philosophique de ceux qui les énoncent.

La démocratie libérale et parlementaire est en effet rejetée au profit du « mythe du sauveur » qui unifie le peuple derrière son chef. Cette idée est effectivement mise en avant par le chef du Kremlin, que la propagande officielle présente comme un bon tsar, alors qu’il serait plutôt proche du chef mafieux… L’auteur touche ici deux points importants :

1/ L’image de Vladimir Poutine en Occident, mais également en Russie, est le fruit d’un storytelling maîtrisé dont certains ressorts relèvent du complotisme, élevé au rang de politique à part entière tant intérieure qu’étrangère (comme le font les médias officiels à destination de l’étranger RussiaToday et Sputnik News). L’image qu’ont nos thuriféraires poutiniens est loin de la réalité, l’ancien patron des services secrets s’étant bâti une fortune de façon pour le moins douteuse… La réalité est éloignée de cette image de propagande : la Russie de Vladimir Poutine est un régime autoritaire, mafieux et oligarchique.

Concernant le complotisme, l’auteur relève que l’irrationalisme baigne la Russie actuelle. Ce point n’est pas anodin, car il permet de comprendre comment une personnalité comme l’ésotériste Alexandre Douguine, aux thèses géopolitiques aberrantes, a pu avoir autant d’influence dans ce pays. De fait, l’histoire politique de la Russie contemporaine d’après la disparition de l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS), a conduit à un modèle impérial appuyé sur l’Église, opposé aux États-nations sécularisés de l’Europe occidentale et d’Amérique du Nord, les États-Unis étant la nation de la décadence par excellence (nous retrouvons les grands thèmes d’Alexandre Douguine).

Cette histoire « alternative » - le mot est à la mode aujourd’hui et l’auteur utilise l’expression «histoire divergente » - a permis l’écriture d’une autre mémoire, très différente, de la « Grande guerre patriotique » (la Seconde Guerre mondiale), aux soubassement complotistes et irrationnels. Dès lors, nous comprenons mieux la mise en avant du Pacte Ribbentrop-Molotov (1939) et la volonté impérialiste de la Russie de Vladimir Poutine. Olivier Schmitt démonte ainsi brillamment le discours de la supposée « humiliation » dont aurait souffert la Russie dans les années 1990, entretenu par les autorités russes pour créer un nouveau « patriotisme » -les guillemets s’imposent- autour de l’actuel pouvoir qui avait besoin d’une guerre facile pour asseoir son autorité et redonner sa grandeur à la Russie. C'est la guerre de Crimée (1853-1856) qui a abouti à son annexion.

Enfin, dans sa dernière partie, Olivier Schmitt met en avant l’anti-impérialisme des supporters français de Poutine : tous ont pour point commun le rejet du supposé impérialisme des États-Unis. Ce sont d’ailleurs les mêmes qui soutenaient le Venezuela d’Hugo Chavez, un autre grand pays des droits de l’homme, mais au temps du populisme triomphant, les libertés individuelles ne valent plus grand-chose…

Pourquoi Poutine est notre allié ? Anatomie d’une passion française (9,90 euros, Hikari Éditions) est vivement conseillé à tous ceux qui veulent avoir des arguments percutants et pertinents à opposer aux poutinolâtres français.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents