Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CRITICA MASONICA

CRITICA MASONICA

Etude Critique et Académique du fait maçonnique, reflets de la revue. Envisage la Franc-Maçonnerie comme un univers culturel dont l’étude nécessite d’employer les outils des sciences humaines, de procéder à une nette séparation du réel et du légendaire et de procéder à la prise en compte de ce légendaire comme un fait social et historique.


Un diplôme de la loge des Neufs sœurs (1785) et le souvenir de Benjamin Franklin

Publié par Rédac' sur 7 Juillet 2017, 20:30pm

Catégories : #Info

Rédac'

Un beau cadeau à offrir à un(e) ami(e) féru(e) d’histoire. Limitée à 1000 exemplaires numérotés, la reproduction d’un diplôme de la célébrissime loge du Grand orient de France, Les neuf soeurs, est proposé par les éditions du Saint Père. Cette opération s’effectue en partenariat avec le Musée de la franc-maçonnerie de la rue Cadet à Paris.

L’estampe (310x480 mm, papier encre et cachet de cire pour l’original qui est au musée), date de 1785. Elle est due au graveur Pierre-Philippe Choffard d’après un dessin de Charles Monnet. Il s’agit du diplôme de maître du peintre Claude jacques Noté (1752-1837), lequel n’a pas laissé par ailleurs beaucoup de traces. Il est signé par plusieurs Vénérables : Benjamin Franklin, l’astronome Jérôme de Lalande et l’avocat Élie de Beaumont qui dirigeait alors les travaux des Neuf sœurs.

Le document est superbement présenté sous un entre-deux verres et il est accompagné d’un texte luxueusement édité de 40 pages grand format. Ce commentaire érudit est rédigé par Pierre Mollier, conservateur du musée et il est traduit en anglais (texte bilingue imprimé sur deux colonnes).

Les représentations symboliques abondent dans cette image, dont Pierre Mollier souligne qu’elles détaillent le projet maçonnique des Neuf sœurs : « Le temple est soutenu par les muses, sur son linteau s’inscrit la sentence ‘à l’union des sciences et des arts avec la vertu’. Une femme –la Sagesse ou la vertu?-  conduit les enfants -les apprentis ?-vers l’entrée du temple (…). Au bas de la composition, le pélican, le lion et le chien symbolisent la charité, la force et la fidélité. Sur la droite, les abeilles qui s’échappent sont l’emblème du travail. L’illustration qui orne le diplôme des Neuf sœurs est un véritable rébus ».

L’auteur, spécialiste reconnu de l’histoire de la franc-maçonnerie française, détaille également les signatures qui figurent des deux côtés de l’image allégorique et qu’il a identifiées. On retrouve notamment celle des peintres Greuze et Vernet, du naturaliste Lacépède, du compositeur Piccinni.

Insistant sur la rareté des documents maçonniques qui concernent Franklin, Pierre Mollier nous offre également un portrait gravé et un médaillon du scientifique inventeur du paratonnerre. Il présente aussi  un tableau des dix-huit officiers de la loge Les commandeurs du temple à l’Orient de Carcassonne pour l’année 1785 où  l'Américain apparait comme «Vénérable d’honneur» et une convocation de la loge des neuf sœurs, rue Poupée-Saint-André (dans le noviciat des Jésuites) pour le 2 du 4ème mois D :. L :. D :. L :. V :. L :.,  à quatre heures précises.

Né en1706 à Boston, Franklin arriva en France fin 1776, au moment où le Grand orient de France reprenait une certaine vigueur. Il était maçon depuis 1731, ayant assuré la charge de Grand maître de la Grande loge de Pennsylvanie, pays natal où il retournera pour y mourir en 1790, à Philadelphie.

Un diplôme de la loge des Neufs sœurs (1785) et le souvenir de Benjamin Franklin

Le livret à belle couverture rouge (comme ce timbre américain) présente également le tablier et un buste de Voltaire qui, comme on le sait, rejoignit la maçonnerie au soir de son existence, le 7 avril 1778. Un bel objet et son complément érudit proposé pour 129 euros par les éditions du Saint-Père, fondées en 2012... et qui n’en sont pas à leur coup d’essai.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents