Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blog d'étude critique et académique du fait maçonnique, complémentaire de la revue du même nom. Envisage la Franc-Maçonnerie comme un univers culturel dont l’étude nécessite d’employer les outils des sciences humaines, de procéder à une nette séparation du réel et du légendaire et de procéder à la prise en compte de ce légendaire comme un fait social et historique.

Comment le cinéma est devenu un art en France (1/4)

Julien Vercel

Un pays comme la France, dotée d’une Académie qui dit ce qu’est la langue et d’un ministère de la Culture qui dit ce qu’est la culture, a eu très vite un problème pour « traiter » du cinéma trop lié à l’industrie. D’autant plus que le cinématographe était, à l’origine, un divertissement de foire tantôt documentaire pour impressionner, tantôt magicien pour émerveiller, tantôt paillard pour émoustiller.

Les films n’avait pas de générique, n’étaient attribués à aucun artiste. Œuvres populaires, ils ont très vite puisé leur inspiration dans les écrits tout aussi populaires. Tout cela éloignait bien le cinéma de l’art puisque la culture et sa traduction en arts ont toujours veillé à séparer le « savant » du « populaire », le « majeur » du « mineur », le bon grain de l’ivraie.

Cette série d’articles propose d’aborder la transformation du cinéma en art à travers quatre périodes qui jalonnent le parcours de la légitimation artistique d’une industrie. Les références des publications qui ont largement inspiré cette série sont citées dans le texte même des quatre articles.

1920-1923, Ricciotto Canudo invente le « septième art »

Comment le cinéma est devenu un art en France (1/4)

Ricciotto Canudo, critique italien, est le promoteur continu et infatigable du cinéma comme art. Car, pour lui, le cinéma comprend tous les autres arts visuels (et bientôt sonores). Il est l’art de la synthèse parfaite, il faut donc le reconnaître comme le « septième art » (après l’architecture ; la sculpture ; la peinture et le dessin ; la musique ; la littérature ; la danse, le théâtre, le mime et le cirque).

Canudo avait d’abord, en 1920, classé le cinéma en « sixième art », dans son essai : « La Naissance d’un sixième art, essai sur le cinématographe » (L’Usine aux images, Séguier, 1995) pour laisser, par la suite, cette place aux arts de la scène. Peu importe le numéro, dans « Défendons le cinématographe ! », il explique, qu’à la différence des autres arts, le cinématographe a commencé « par être une industrie et un commerce. Maintenant, il doit devenir un art ». En 1921, il crée le premier grand ciné-club en France : « le Club des amis du septième art » et son Manifeste des sept arts (Séguier, 1995) est publié deux ans plus tard en 1923.

Pour échapper au qualificatif d’industrie, il faut, selon Canudo, distinguer le cinéma artistique du cinéma populaire, de ce cinéma issu des feuilletons tel qu’il s’est d’abord développé dans les années 1910, d’un cinéma accusé de mercantilisme parce qu’il ne fait que reproduire les succès -parfois même pas littéraires- du passé. Canudo promeut enfin « l’écraniste » (il n’utilise pas « cinéaste », ni « réalisateur ») dont il glorifie le rôle : « un film est toujours l'œuvre d'un seul individu » (L’Usine aux images, op. cit.), préfiguration de la « politique des auteurs » des années d’après guerre.

À suivre

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Good blog post. I want to thank you for interesting and helpful information and I like your point of view. Thank you!
Répondre
T
Thank you for this article. I'm glad accesses the net this stuff works and your article has really helped me from beginning to end
Répondre
M
Le cinéma est une grande vitrine du monde.
Voir le comportement de tous avec qualités et défauts pour essayer de s'améliorer dans le vivre ensemble.
Merci pour ce thème
Bon courage à tous
FRATERNITE
Répondre