Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blog d'étude critique et académique du fait maçonnique, complémentaire de la revue du même nom. Envisage la Franc-Maçonnerie comme un univers culturel dont l’étude nécessite d’employer les outils des sciences humaines, de procéder à une nette séparation du réel et du légendaire et de procéder à la prise en compte de ce légendaire comme un fait social et historique.

À propos des « Écrits sur l ’aliénation et la liberté » (œuvres complètes) de Frantz Fanon

Jean-Pierre Bacot

 

La version de poche des Écrits de celui qui naquit Ibrahim Frantz Fanon, rassemblés pour la première fois en 2015 et qui vient de paraître aux éditions de la Découverte regroupe l’ensemble des facettes de l’écrivain anticolonialiste d’origine martiniquaise qui fut également psychiatre. Les amateurs de Peau noire et masque blanc (1951), L’an V de la révolution algérienne (1959), ou Les Damnés de la terre (1961) pourront ainsi à la fois retrouver ces écrits et compléter -à peu de frais- leur connaissance d’un des phares de la lutte anticolonialiste, dans laquelle la franc-maçonnerie française, mais aussi la grande majorité des progressistes, ne se sont pas particulièrement illustrés.

 

Jean Khalfa et Robert Young ont collecté l’ensemble des écrits scientifiques de Frantz Fanon, mais aussi des pièces de théâtre de jeunesse qui ont structuré sa pensée, des extraits retrouvés de sa correspondance et des articles parus dans El Moudjahid après 1958, non repris dans Pour une révolution africaine, publié en 1964. On trouvera également dans ce recueil les lettres échangées entre l’éditeur François Maspero, l’écrivain Giovanni Pirelli et Frantz Fanon pour l’établissement de ses œuvres complètes et une description de ce que fut sa bibliothèque.

Frantz Fanon étant mort en 1961, à 36 ans, la tentation est grande d’imaginer ce qui serait advenu s’il avait disparu encore jeune, dix années plus tard. Mais on passera sur cette tentation uchronique pour apprécier à sa juste valeur ce que cette édition permet comme plongée dans l’univers épistémologique des années d’après guerre dans le monde très minoritaire des anticolonialistes et dans celui d’une psychiatrie encore friande d’électrochocs. On y croisera, outre François Maspero, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir Claude Lantzmann, qui vient de disparaître, et même Jacques Lacan.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article