Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blog d'étude critique et académique du fait maçonnique, complémentaire de la revue du même nom. Envisage la Franc-Maçonnerie comme un univers culturel dont l’étude nécessite d’employer les outils des sciences humaines, de procéder à une nette séparation du réel et du légendaire et de procéder à la prise en compte de ce légendaire comme un fait social et historique.

Revues reçues à la rédaction : Points de vue initiatiques (n°199) et Renaissance Traditionnelle (n°198)

Points de vue initiatiques, n° 199

S’il est un thème que les franc-maçons aiment à débattre, c’est bien celui de la tolérance. La revue trimestrielle de la Grande loge de France nous offre une nouvelle contribution à cette question de cours sous le titre « La tolérance, une utopie ? ». Pas moins de quatorze articles et deux entretiens sont proposés dans ce numéro. Certains plongent dans l’histoire, d’autres relèvent d’une dimension philosophique, d’autres encore réfèrent directement à la pratique maçonnique, en l’occurrence spiritualiste et masculine dans cet ensemble bien construit.

Comme l’explique le Grand-Maitre de la GLDF, Pierre-Marie Adam, dans son éditorial « la tolérance sans limite se nie elle-même et profite à ceux qui la refusent », l’auteur prônant un accueil bienveillant de l’autre, non pas inconditionnel. La vérité, si elle existe, se trouve évidemment entre l’équerre et le compas. Mais les situations historiques changent et il n’est certes pas inutile de remettre sans cesse sur le métier les questions centrales, ne serait-ce que pour en faire profiter les générations qui se succèdent.

Au programme du prochain numéro de cette revue, millésimé 200, ce sera un autre thème classique qui sera traité : « Du bon usage des symboles ». Dotée d’une rédaction à plusieurs étages, quasiment pléthorique, la revue Points de vue initiatiques, qui propose en fin de volume des notes de lecture, est extrêmement bien soignée.

 

Renaissance traditionnelle, n° 198

Cette revue de référence qui en est à sa cinquantième année de parution nous a présenté dans son numéro d’avril 2020 (l’histoire est parfois en retard, mais par les temps qui courent, rien à redire) une étude consacrée aux plus anciens rituels français de « royale arche », entièrement écrit par Pierre Mollier.

Longs extraits de rituels et éléments d’iconographie à l’appui, l’auteur montre qu’à travers des échanges internationaux, une légende s’est construite, autour d’une sagesse à rechercher dans une crypte voûtée, les souterrains du temple. La découverte de documents datant de 1742 montre que si l’origine britannique de cette légende que l’on trouve aujourd’hui dans le 13ème grade du REAA n’est pas remise en cause, on dispose aujourd’hui d’informations sur, en quelque sorte, la préhistoire de cette création anglaise.

Toutes les archives n’étant pas encore découvertes, la recherche n’est pas close quant à cette archéologie de la franc-maçonnerie européenne, et française en particulier. Il nous faut rappeler ici ce que fut le cadeau des Russes qui rendirent à la France en 2000 des archives maçonniques volées aux Allemands, qui les avaient eux-mêmes raflées ici ou là et où se trouvaient bien des éléments précieux.

L’équipe de Renaissance traditionnelle poursuit inlassablement son travail de recherche sur les sources. On trouvera dans les dernières pages de la revue une longue note de lecture de Pierre Lachkareff sur le livre de Jean-Pierre Thomas : Louis de Bourbon-Condé, comte de Clermont. Un prince anticonformiste au siècle des Lumières,  1799-1771. Proche de Louis XV, passionné de théâtre, Clermont fut l’un des Grands-Maîtres de la première Grande loge de France.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article