Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CRITICA MASONICA

CRITICA MASONICA

Etude Critique et Académique du fait maçonnique, reflets de la revue. Envisage la Franc-Maçonnerie comme un univers culturel dont l’étude nécessite d’employer les outils des sciences humaines, de procéder à une nette séparation du réel et du légendaire et de procéder à la prise en compte de ce légendaire comme un fait social et historique.


Point de vue / Les loups sont entrés dans la bergerie - « Homo homini lupus est »

Publié par Rédac' sur 28 Février 2021, 13:43pm

L’humeur d’Augustine

Des loups se sont introduits par la Porte basse de la Loge « Athanor » afin d’y être initiés, il y a quelques années, lorsque celle-ci faisait encore partie de la Grande loge nationale française (GLNF). Depuis la scission de la Grande loge nationale française (GLNF) en 2012, cette loge est passée à la Grande loge de l’Alliance maçonnique française (GL-AMF). Aujourd’hui, ces loups sont interpellés par la police pour grand banditisme et tentative d’assassinat, faisant la Une des médias sous le sobriquet de « Pieds nickelés » (1).

Bon nombre d’obédiences y compris la GLNF se sont empressées, au travers de leur communiqué, de bien préciser que les « mauvais compagnons » n’appartenaient pas ou plus à leur institution.

Quant à la GL-AMF, son Grand Maître a fait savoir qu’elle « a immédiatement prononcé, à titre conservatoire, une suspension des dits membres ainsi que de l’intégralité de la Loge elle-même, et ce jusqu’à ce que la justice établisse la vérité quant aux faits et à la participation de ces membres à cet acte criminel. La GL-AMF rappelle, qu’en tant qu’obédience maçonnique, elle prône le respect strict et absolu de toutes les lois en vigueur dans notre République ainsi que la pratique de toutes les vertus morales et civiques. En conséquence, la GL-AMF prendra toutes les mesures nécessaires au cas où les faits allégués seraient avérés » (2).

Quoi de plus normal, nous direz-vous ?

Sollicité par Libération, Joseph Cohen-Sabban, avocat de la victime Marie-Hélène Dini, cheffe d’entreprise à la tête d’une école de formation de coach et d’un syndicat professionnel, fait l’analyse suivante : « Ils s’y sont rencontrés, ils y ont comploté, ils ont déshonoré ce qui, à la base est une entreprise d’élévation philosophique. Cela démontre qu’aucune institution n’est à l’abri de ceux qui la détournent à leur seul profit − armée, police, sociétés de sécurité » (3).

De vous à nous, la problématique de cette vilaine affaire ne relève pas « uniquement » du fait de savoir d’où étaient issus ces « mauvais FF ». Toute raison gardée, n’eût-il pas été préférable que les grands maîtres des obédiences dans leur communiqué anticipent toutes déclarations en rappelant que dans nos institutions où l’on travaille à « l’élévation philosophique » peuvent se produire de regrettables et fâcheux comportements et, qu’en franc-maçonnerie comme ailleurs, des individus malhonnêtes peuvent gangrener les espaces de réflexion qui sont les nôtres pour les utiliser à des fins malveillantes. Et même si nous travaillions sans relâche à nous améliorer, cela ne garantit pas pour autant que les « métaux » restent à la porte du temple, car nous savons bien que, là où il y a de l’humain se pose inévitablement la question de la vulnérabilité, de la fragilité mais aussi, et n’ayons pas peur du mot, de la malhonnêteté de l’individu. N’est-ce pas cela que la symbolique du pavé mosaïque ?

Quoi de plus sûr, pour des personnes mal intentionnées, qu’un lieu « couvert » pour infiltrer et manigancer dans certains domaines tels la politique, les milieux associatifs voire le grand banditisme comme nous pouvons le constater dans cette terrifiante affaire aujourd’hui.

Difficile dans ce contexte de faire l’impasse sur les « Fraternelles » qui souvent ont été à l’origine de nombreux scandales venant ainsi entacher par les comportements délictueux de certains FF nos institutions maçonniques.

Un petit rappel de ce qu’est une fraternelle ?

Dans la franc-maçonnerie française, une fraternelle est une association indépendante des obédiences maçonniques qui regroupe des francs-maçons de même profession ou de mêmes affinités. Depuis 1990 les fraternelles sont fédérées par une Commission inter-obédientielle (CIO) et une Fédération du cercle européen des fraternelles (FCEF) (4).

Au début du xxe siècle, ces associations de maçons ne faisaient pas débat. La puissante fraternelle parlementaire était connue pour faire et défaire les lois de la République, celle de l’enseignement était redoutée des successeurs de Jules Ferry, maçon lui-même, et « La Rabelais » réunissait de nombreux médecins sans provoquer de polémique. C’est à partir des années 1980-1990 que ces regroupements ont commencé à défrayer la chronique. En 2003, le grand maître de la Grande loge de France (5), pointe du doigt ces « associations dissimulant des buts lucratifs sous le prétexte fallacieux de la fraternité ». Deux ans plus tôt, le grand maître du Grand orient de France (GODF), déclarait : « C’est une déviation de la maçonnerie. Je ne comprends pas de quels problèmes philosophiques peuvent bien parler les membres de la fraternelle du bâtiment et des travaux publics » (6). À côté des fraternelles du bâtiment, de celles des HLM, des PTT, de la SNCF ou d’EDF, etc., Alain Bauer avait aussi stigmatisé les associations de frères juges des tribunaux de commerce. Il recommandait également de ne pas fréquenter les Clubs 50 (cercles de notabilités maçonniques régionales) surtout ceux de Nice, Toulon, Marseille et Montpellier. C’est avec une grande discrétion et dans le secret des loges que ces fraternelles complotent, se retrouvant pour certaines d’entre elles trop souvent mentionnées dans des affaires judiciaires et de trafic d’influence.

Roger Dachez, président de l’Institut maçonnique de France, explique : « les fraternelles ont été sécrétées par les obédiences, mais celles-ci ne parviennent pas à les maîtriser » et d’ajouter, « s’il était facile de dire, voire de proclamer fièrement, que l’on est franc-maçon, il y aurait beaucoup moins de fraternelles ». Les cercles maçonniques de convivialité n’obéissent-ils pas, peu ou prou, à un réflexe de caste et au désir plus ou moins sain d’appartenir à une élite ? « Il n’y a rien de plus éloigné de la franc-maçonnerie que le communautarisme », assène Roger Dachez (7).

En conclusion et pour revenir « aux loups » qui parfois infiltrent nos loges, nous pouvons peut-être retenir ceci : que la vilénie, l’abjection, l’ignominie de certains n’a jamais hélas épargné la probité des meilleurs, laissant trop souvent planer sur l’ensemble de la franc-maçonnerie et de ses membres une réputation qu’argumentent et entretiennent les antimaçons et autres oiseaux de mauvais augure.

_______________

Titre. L’homme est un loup pour l’homme.

1. Laurent Valdiguié, « Projet d’assassinat d’une coach : révélations sur les barbouzes de la DGSE et de la franc-maçonnerie », marianne.net, 1er février 2021.

2. Extrait du communiqué du Grand Maître du 5 février 2021.

3. Cité par Laurent Léger, « Cellule criminelle de barbouzes : une loge franc-maçonne dissoute », liberation.fr, 13 février 2021.

4. François Koch,  « Voyage à l'intérieur des fraternelles », lexpress.fr, 5 octobre 2006 : « À la fin des années 1990, afin que ne se reproduisent pas les graves dérives dévoilées par la presse, les obédiences ont mis sur pied un système de régulation à deux étages : une Commission inter-obédientielle (CIO), chargée des relations avec les fraternelles, et une Fédération du cercle européen des fraternelles (FCEF), indépendante des obédiences mais ayant pour conseil de surveillance la CIO. L’objectif : labéliser les fraternelles après vérification du dépôt de leurs statuts en préfecture et du fait que leurs membres sont de vrais maîtres maçons, assidus en loge et à jour de leur « capitation » (cotisation). Mais, sur les centaines de fraternelles actives aujourd'hui, seules 22 ont intégré la FCEF et, de surcroît, cette liste n’est pas diffusée ».

5. Yves-Max Viton cité dans François Koch, ibid.

6. Alain Bauer cité dans François Koch, ibid.

7. François Koch, ibid.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

L.Grange 28/02/2021 14:50

Nous approuvons: oeuvrons à la disparition des fraternelles....

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents