Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CRITICA MASONICA

CRITICA MASONICA

Etude Critique et Académique du fait maçonnique, reflets de la revue. Envisage la Franc-Maçonnerie comme un univers culturel dont l’étude nécessite d’employer les outils des sciences humaines, de procéder à une nette séparation du réel et du légendaire et de procéder à la prise en compte de ce légendaire comme un fait social et historique.


Catholicisme : le pari perdu des traditionalistes

Publié par Rédac' sur 25 Mai 2018, 18:53pm

Catégories : #articles

Jean-Pierre Bacot

 

Les médias catholiques traditionalistes, très présents en ligne (le site Riposte catholique au premier chef), dans ce qu’ils définissent comme une stratégie de « ré-information », se plaisent à espérer bénéficier de la déroute quantitative du clergé romain en France. Les « tradis », qu’ils soient ou non en odeur de sainteté au Vatican, connaissent en effet comme tout un chacun –fors les autruches– ce qui s’annonce comme une extinction de ce clergé à l’échelle d’un quart de siècle au plus. Bien avant que ce blog ne s'occupe de la question, deux textes qui n'ont rien de secret montrent qu’aussi bien dans les milieux catholiques que dans le monde scientifique, en l’occurrence l’un des plus sérieux démographes, la disparition rapide du clergé catholique français était programmable depuis longtemps : Les prêtres français du Centre national des vocations en 1979 et l’article « Une population en voie d’extinction : le clergé français » d’Hervé le Bras et Monique Lefèvre en 1983 (Population, 38-2).

 

Les diverses familles traditionalistes produisent bon an mal an quelque 20 ordinations de prêtres séculiers, ceux qu’ils jugent « modernistes » en assurant environ 80. Aujourd’hui, le nombre de prêtres traditionalistes doit être à peu près de 350, nombre inférieur à ce qu’il aurait été si de discrets ralliements à l’Église officielle n’étaient intervenus ces dernières années. Les "tradis" ont l’avantage sur leurs adversaires de relever d'une moyenne d’âge nettement inférieure et de ne pas avoir à gérer des maisons de retraite.

 

Rappelons que la « tradition » se manifeste pour l’essentiel par une référence au concile de Trente (une liturgie tridentine datant de 1542 refusant les réformes installées par Jean XXIII), un messe dite en latin, un prêtre habillé en soutane et tournant le dos aux fidèles au moment de l’eucharistie. S’ajoute un refus de prises de position sociales ou politiques, ce qui n’empêche pas nombre de traditionalistes de relever explicitement de la « fachosphère ». Cette mouvance intégriste possède environ 400 lieux de culte, assurant 200 messes par semaine, contre 15 000 à l’Église catholique, nombre officiel, mais qui peut sembler exagéré.

 

Si l’on considère qu’il existe actuellement au grand maximum 6 000 prêtres séculiers en activité, âgés de moins de 75 ans, actuel seuil de la retraite ecclésiastique, il faudra attendre les alentours de 2035 pour que se retrouvent face à face quelque 500 prêtres dans chaque famille, pour une population française qui devrait alors friser les 70 millions d’habitants.

 

Un exemple de ce qui existe déjà comme coexistence d'oasis: le couvent dominicain masculin de Poitiers ou cohabitent huit ou neuf membre de l'ordre prêcheur. A une centaine de kilomètres au nord-est, à Atran, une branche intégriste de cet ordre cherche à s'installer : ils sont cinq à former cette communauté.

La vaillance et le volontarisme dont témoignent en ligne les traditionalistes leur vaudra sans doute un avantage pour prêcher un "renouveau chrétien" dans quelques lieux perdus au sein d'un désert clérical général.

Donnons -nous rendez-vous dans un peu plus de dix années pour voir si cette prévision, qui n’a rien d’une prophétie, se réalisera. En attendant, nous nous emploierons dans les prochaines semaines à mesurer ce qui disparaît, non seulement en France, mais aussi en Europe occidentale, selon des temporalités différentes, au delà de la question quantitative, c'est à dire qualitativement en termes de patrimoine, de culture, d’idéologie et d’encadrement social.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents